FLOUÉS À LA POMPE – MÊME LA BANQUE DU CANADA EST D’ACCORD : Les politiques énergétiques des libéraux fédéraux et provinciaux étouffent le Nord de l’Ontario

Dans son dernier rapport, la Banque du Canada indique que la faiblesse record du prix du pétrole qui secoue l’économie canadienne ne s’est pas accompagnée de modifications des prix à la pompe. Le prix élevé de l’essence associé aux tarifs d’électricité élevés vient alourdir la disparité croissante dans le Nord. Si l’hydroélectricité demeure un désastre mal géré pour le Parti libéral provincial, le député de Timmins—Baie James, Charlie Angus, reproche aux libéraux fédéraux de ne pas faire preuve de suffisamment de leadership dans le dossier du vol à la pompe.

 

« Chaque fois que le cours du baril de pétrole monte, les prix à la pompe augmentent immédiatement. Par contre, nous avons vu le prix du pétrole chuter de 75 % au cours des dernières années, mais les prix à la pompe demeurent pourtant élevés. Qui est floué au juste? La question est donc de savoir si les libéraux de Trudeau défendront les consommateurs ou soutiendront plutôt les grands intérêts pétroliers. »

 

Au cours des dernières législatures, M. Angus a écrit au Bureau de la concurrence à ce sujet, mais il se bute constamment à son refus de s’attaquer aux prix de l’essence élevés dans le Nord. C’est pourquoi les néo-démocrates exercent des pressions pour que l’on mette en place un office de surveillance des prix de l’essence, qui apporterait un peu d’équité dans le dossier.

 

« Il n’y a pas vraiment de concurrence en ce qui concerne le prix de l’essence. Rien n’indique que les grandes pétrolières sont prêtes à transmettre la baisse des prix aux consommateurs. Entre-temps, un écart de prix de 10 ou de 20 cents le litre cause du tort aux familles et aux entreprises dans le Nord. Il importe donc d’agir sans tarder. » 

 

Tiré de l’édition d’aujourd’hui du Rapport sur la politique monétaire de la Banque du Canada