LE BUREAU DE LA CONCURRENCE DOIT FAIRE ENQUÊTE SUR LE PRIX DE L’ESSENCE : Le député Angus demande aux municipalités du Nord de se joindre à son appel

Charlie Angus, a demandé par écrit au Bureau de la concurrence de faire enquête sur le prix de l’essence dans le Nord de l’Ontario. Ce n’est pas la première fois qu’il écrit à l’organisme à ce sujet, mais ce dernier a refusé jusqu’à présent de se pencher sur la question du prix élevé de l’essence dans le Nord. Le député Angus estime que, dans le contexte de la chute record du cours du pétrole, le Bureau de la concurrence se doit de répondre plus activement aux préoccupations des habitants du Nord. 

 

Selon le député, toutes les familles du Nord de l’Ontario se ressentent du prix élevé de l’essence : « Les habitants de la région doivent utiliser leur véhicule pour travailler, et ils ont parfois de longues distances à parcourir. Les frais de livraison ne suffisent pas à expliquer la différence entre le coût de l’essence dans le Nord et dans le Sud. Le prix est beaucoup plus élevé à Timmins qu’ailleurs, et cet écart sape notre compétitivité régionale. En effet, une différence de 10 ou 20 sous par litre peut gravement éroder la rentabilité de nos entreprises, qu’elles travaillent dans le secteur du tourisme, du transport, de la foresterie, de l’agriculture ou des mines ».

 

Le député Angus veut que le Bureau fasse enquête afin de déterminer si le prix de l’essence est gonflé artificiellement dans le Nord.

 

« Quand le cours du baril de pétrole brut augmente sur les marchés internationaux, le prix de l’essence à la pompe bondit immédiatement. Mais quand le cours s’effondre, le prix de l’essence reste élevé dans le Nord de l’Ontario. C’est illogique, et c’est pourquoi les habitants de ma circonscription croient que le prix qu’on exige d’eux pour l’essence n’est pas déterminé par les forces compétitives du marché ».