LES LIBÉRAUX FÉDÉRAUX ABANDONNENT LE FINANCEMENT DE LA LARGE BANDE DANS LE NORD, AFFIRME M. ANGUS

Charlie Angus, a écrit au gouvernement fédéral pour lui demander de s’expliquer sur le fait que FedNor, l’organisme de développement économique du Nord, semble rejeter toutes les demandes visant le financement de projets de large bande dans le Nord de l’Ontario. La décision d’abandonner les projets primordiaux de large bande met en péril les plans d’affaires régionaux et mine la stabilité du financement provincial, que le gouvernement fédéral doit financer en contrepartie.

 

Dans sa lettre au ministre de l’Innovation, M. Navdeep Bains, M. Angus dit craindre que le nouveau gouvernement ne comprenne tout simplement pas les enjeux qui touchent les communautés du Nord.

 

« Il est essentiel de financer la large bande pour faire entrer nos économies dans le XXIe siècle, notamment dans les communautés rurales, qui se retrouvent encore plus isolées dans une économie mondialisée en raison de la détérioration de l’infrastructure de transport. Il est vital que votre ministère et votre cabinet se dotent d’un champion qui fera valoir les besoins distincts de la région. Il me semble que la décision d’abandonner la capacité de connexion de la région rurale du Nord illustre le manque d’intérêt, dans la nouvelle approche gouvernementale, envers la réalité des communautés du Nord. »

 

Le gouvernement a affirmé que les demandes rejetées par FedNor peuvent présenter une demande au programme Un Canada branché, mais M. Angus est d’avis que ce processus retardera de deux ans des projets qui devraient déjà être mis en œuvre. Selon M. Angus, cette situation est inacceptable et, à tout le moins, le gouvernement se doit de revoir les demandes rejetées et de les réacheminer vers un autre programme.

 

« Le rejet des demandes de financement de la large bande s’inscrit dans une tendance depuis longtemps observée de compressions et de financement suspendu à FedNor. Le gouvernement traite de manière inéquitable les demandes provenant du Nord de l’Ontario, si bien que la région sera dépourvue de financement pour une période d’au moins deux ans. Ce n’est là qu’une situation parmi tant d’autres qui montrent qu’il faut faire de FedNor un organisme autonome de manière à renforcer l’indépendance, la transparence et la reddition de comptes. »